Emissions illicites sur le territoire de la Russie entre 1992 et 1995

L’éclatement de l’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) s’est traduit philatéliquement par l’apparition de timbres pour les différentes Républiques de l’Union, ainsi que pour la Fédération de Russie. Cette Fédération, en plus de la Russie proprement dite comporte diverses républiques (Carélie …) et territoires autonomes (Bashkortostan, Oudmourtie…). Dès le début 1992, la Russie a émis des timbres avec la légende Rossia. Ci-dessous figurent le  dernier timbre émis par l’URSS (YT 5914), représentant le savant V.O. Klioutchevski, dont chacun sait qu’il fut un historien renommé et le premier utilisé en Fédération de Russie (YT 5915) émis pour les jeux olympiques d’hiver d’Albertville.

timbreurss russiepremier

A partir de 1992, il était  interdit à toute république ou territoire autonome d’utiliser des timbres spécifiques.

Les postes de Russie ont même fait une démarche tardive en 2001 auprès de l’Union Postale Universelle pour dénoncer des fraudes :

“En sa qualité de membre de l’Union postale universelle, l’administration postale de la Fédération de Russie émet des timbre-poste dans le respect des dispositions de la Convention postale universelle et du Règlement de la poste aux lettres.
Toutefois, récemment, on a constaté l’apparition sur les marchés philatéliques mondiaux d’un grand nombre d’émissions illicites diffusées au nom d’entités territoriales officielles de la Fédération de Russie. Ces émissions couvrent des thèmes «populaires», tels les personnalités politiques, les grands sportifs, les vedettes de Hollywood, etc.
L’administration postale de la Fédération de Russie attire votre attention sur le fait que les régions au nom desquelles les émissions concernées ont été faites font partie intégrante de la Fédération de Russie et que, selon les dispositions des Règlements de l’UPU et de la législation de la Fédération de Russie, elles ne sont pas habilitées à effectuer des émissions de timbres-poste indépendantes (la liste de ces régions figure en annexe mais n’est pas jointe ici). Compte tenu de ce qui précède, toutes les émissions faites au nom d’entités territoriales officielles de la Fédération de Russie doivent être considérées comme illicites. Elles n’ont aucun rapport avec la poste et ne sauraient être utilisées comme moyen officiel d’affranchissement confirmant le paiement pour le service postal.
L’émission de ces contrefaçons est effectuée par des sociétés privées anonymes opérant hors de la Russie et n’a pas de lien direct avec les entités territoriales officielles de la Fédération de Russie.”

Le  cercle philatélique France-Russie, dans un article sur son   http://www.philatelie-france-russie.fr/spip.php?article11 a aussi précisé :

“Les timbres soviétiques sont surchargés de nouvelles valeurs et personnalisés. Des personnes malveillantes vont profiter de la confusion générale pour surcharger des timbres soviétiques de plus en plus déprécier, au nom de républiques n’ayant pas d’autonomie postale ou n’ayant pas d’existence. Des « timbres » au nom de ses mêmes « républiques » fantaisistes sont émis tromper les philatélistes qui souffraient d’un manque d’information. Certains timbres d’Abkhazie, d’Ossétie, de Transnistrie ou de Tchétchénie peuvent présenter de l’intérêt. Au fur et à mesure du développement de l’inflation les lettres se chargent de timbres. Des cachets, des étiquettes complètent les valeurs faciales des entiers postaux. Cette période dure jusqu’en 1995”.

Un deuxième article sous la rubrique “Les marques de réévaluation des entiers postaux” montre des exemples d’entiers légaux.

entiersprovisoires

“Notons cependant que, du fait du manque de timbres, il a été admis que les entiers postaux de l’ex-URSS pouvaient être utilisés à condition de porter une mention spécifique de réévaluation. Les empreintes portaient généralement le mot « payé » conjugué au masculin, au féminin ou au neutre ou encore « acheminement payé », ou« payé au plein tarif ». Il y eut encore des cadres avec T.P. (taxe perçue) et l’emplacement pour inscrire le montant valable et bien d’autres formes encore…

Cette pratique a été interdite à partir de septembre 1993, mais ne s’est pas immédiatement arrêtée.”

Des courriers authentiques ont aussi existé avec des affranchissements de fortune du fait du manque de timbres.

provisoire russie1 provisoire russie2

russielegal2

Est-il possible de considérer que ces quatre timbres surchargés ont été réellement utilisés à Saint-Pétersbourg ?

saintpétersbourgprovisoires2

Pourtant à partir de 1992-1993, le marché philatélique a été envahi de timbres d’URSS surchargés, ainsi que de courriers avec ces timbres surchargés.  Ci-dessous sont donnés des exemples pour le Bachkhortostan, la Tchouvachie, Mourmansk, la Kabardino-Tcherkessie.

bachkottostan

tchouvachie

mourmansk2

Kabardinotcherkessie

Les vignettes illégales sont légion, même si elles mentionnent la fédération de Russie dans la légende du timbre.

touva

Il faut affirmer que tout cela est faux.

Tout au plus pourrait-on s’intéresser à la Tchétchénie qui a connu une certaine période d’indépendance et a utilisé des timbres fabriqués par un marchand d’allumettes (ça ne s’invente pas).

tchetchenie2

Par contre les timbres surchargés d’URSS ci-dessous n’ont sans doute jamais connu d’utilisation postale en Tchétchenie.

tchechenie

Dans le dernier  numéro de “Timbres magazine, mars 2010, p 110”, un lecteur signale dans «  la chronique de Socrate » qu’il a repéré entre Russie et Ukraine pas moins de 580 dénominations différentes de territoires.

Bibliographie

Voir le site du cercle philatélique france-Russie : http://www.philatelie-france-russie.fr/spip

Sur le Birobidjan et les timbres d’ URSS surchargés, voir Timbroloisirs n° 48,  p. 24

Sur la La Carélie 19 ième république d’URSS, voir Timbroloisirs  n° 47,  p. 14

Deux timbres soviétiques surchargés de 1 et 3 roubles sont apparus à la bourse aux timbres de Moscou (mars 1993) : origine Petrozavodsk , capitale de la république autonome de Carélie . Faux ou pas ?faux ?

Sur le dos de la page de couverture de Timbroloisirs n ° 46 , 15 janvier -15 février 1993 , voir la réclame pour émission de Saint Pétersbourg (avec 9 autres timbres : 220 F)

Sur l’ URSS, voir Timbroloisirs n°  31, 32 et 33

Sur la Tchechenie, voir Timbroloisirs n°45 (1992) p. 34 et  n° 68, p. 83

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*